02/12/2013

L'envol du FRONT WALLON

Diapositive11.jpg

 

     L'envol du FRONT WALLON

 

Le Front Wallon a tenu ce mercredi 27 novembre à liège sa première réunion publique. Un choix délibéré car c'est à liège qu'est né en 1941 le Front Wallon animé par un groupe de résistants.

 

Le cadre de la réunion est charmeur. Il domine la vallée de la Meuse, l'accueil est plus que chaleureux quant à l'assistance elle répond à l'attente des organisateurs. Elle est enthousiaste, revendicative un rien frondeuse.

 

En préambule il a été insisté sur la volonté du Front Wallon d'être un mouvement rassembleur, fédérateur; se situant à droite de l'échiquier politique tout en affirmant haut et fort son ancrage démocratique rejetant tous les extrêmes! Déjà ont adhéré la Fédération des Nationalistes Wallons, Défi Libéral, deux partis qui se sont présentés aux élections et des personnalités en provenance de la société civile

 

Pour ce premier contact public il appartenait au Front Wallon de tracer les grandes lignes de son programme à savoir: l'emploi, le pouvoir d'achat, l'immigration, l'opposition au radicalisme intégriste, la sécurité, l'arrêt des concentrations publiques et privées, l’augmentation des bas revenus, la refonte des mesures du chômage,  la protection animale, la fin des mandarinats politiques et mettant en avant la sauvegarde de nos valeurs chrétiennes, de nos traditions. 

 

Pour l'emploi  le Front Wallon veut la suppression de la libre circulation des travailleurs au sein de l'espace européen alors que la disparité des charges sociales, des coûts de main d'œuvre, obligent au chômage des milliers de nos concitoyens dont une majorité de jeunes. Le demi million de travailleurs étrangers déclarés ou non qui travaillent en Belgique est déstructurant pour le marché de l'emploi et victimise toutes celles et ceux qui ont la volonté de travailler, d'investir dans les petites et moyennes entreprises. 

 

Autre préoccupation majeure du Front Wallon le pouvoir d'achat qui s'effrite au fil des mois. En cause la hausse significative de la fiscalité, de la hausse abusive des factures de la consommation électrique, de charges nouvelles et diverses, de la fixation des prix des produits usuels par une entente des multinationales (grandes surfaces) au détriment de nos produits locaux.

 

Quant à l'immigration elle a un coût insupportable pour les pouvoirs publics les empêchant de s'occuper dans l'urgence de la montée de la pauvreté, de faire face à la nécessité de construire des logements, des infrastructures sportives et culturelles. Aussi le Front Wallon propose que soit supprimée la GRAPA à tous les étrangers qui n'ont pas travaillé au moins 5 ans en Belgique, de ne plus payer des allocations familiales à l'étranger, de renvoyer dans leur pays d'origine celles et ceux qui ont commis des délits graves.

Pour le chômage le Front Wallon prétend que s'il était mis fin aux fraudes au chômage, au travail au noir, les vrais chômeurs, celles et ceux qui ont parfois cumulés de longues années de travail le Gouvernement papillon devrait plus que rapidement annuler les mesure de dégressivité prises sans réelle concertation.

 

Le Front Wallon s'étonne de la différence de règlement entre les chômeurs (prépensionnés) et les chômeurs de plus de 52ans qui voient décroître leurs indemnités de chômage.

 

Le Front Wallon ne peut admettre la hausse significative de la criminalité alors qu'il était promis par le quatuor (PS-CDH-MR,ECOLO) que la réforme des polices était la panacée universelle pour la réduire. Cette réforme a coûté cher, elle continue à l'être sans aucun résultat probant. C'est un échec total avec pour les citoyens la disparition de la police de proximité (agents de quartier).Le Front Wallon détermine que le cœur des villages se meurt. De par la concentration en un lieu des services communaux, les places des villages sont désertes. Les cafés, les petits commerces, les bureaux postaux, les banques ont fermé leurs portes obligeant le citoyen lambda à se déplacer avec aussi un impact sur le pouvoir d'achat avec à la clef une non révision des revenus cadastraux figés depuis des décennies, pour les propriétaires de bâtiments de ces places avec un revenu cadastral élevé. Le Front Wallon exige une décentralisation proche des citoyens.

 

Enfin le Front Wallon ne peut comprendre la montée en puissance des intercommunales. Elles s'écartent de leur objet principal à savoir l'aide aux communes pour se lancer dans des multiples domaines au mépris de la concurrence, tuant la créativité des acteurs de terrain. Il en profite pour dénoncer les traitements hors normes des dirigeants des intercommunales et des conseils d'administration pléthoriques sans oublier qu'elles sont toutes politisées à l'extrême!

 

De plus en plus de pays, hormis la Belgique, prennent conscience du danger que représente l'Islam radical, dont les revendications deviennent chaque jour exigeantes, voire dangereuses pour notre mode de vie, notre culture, nos lois, nos traditions et notre identité.

Aussi, le Front Wallon exigera l'application pure et simple de nos traditions séculaires.

 

Le Front Wallon combat le prosélytisme de l'Islam entretenu par certaines communes qui exigent lors du mariage d'un(e) belge avec un(e) musulman(e), le certificat de coutume qui détermine la conversion à l'Islam des belges. 

 

L'emploi est aussi pénalisé par les délocalisations massives de secteurs industriels importants et par les investissements à l'étranger plutôt qu'en Belgique, utilisant les plantureux bénéfices réalisés grâce à nos travailleurs qui, en fin de compte se retrouveront au chômage. C'est la triste réalité d'une politique ne visant que le profit rapide et maximal, n'ayant cure de la souffrance humaine. 

 

Au fil des réunions du Front Wallon, le programme pourrait évoluer en fonction de la participation citoyenne dont il est attaché.

Le comité  

 

 

B29 interception.jpg

 

 

DROITE MODEREE.jpg

10:20 Écrit par Résistant | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.